Héritage culturel de l'UNESCO : le limes du Danube

 

ILe limes du Danube, c'est à dire les fortifications qui longent le Danube en Bavière, en Autriche et en Slovaquie, forment la troisième partie du projet de grande envergure « Frontiers of the Roman Empire » (Frontières de l'Empire romain), après les murs d'Hadrien et d'Antonin au Royaume-Uni et le limes de Germanie supérieure et de Rhétie en Allemagne.

 

continuer la lecture

L'Empire romain était l'un des plus grands empires dans l'histoire de l'humanité et a atteint son extension maximale sous l'empereur Trajan au début du 2e siècle après J.-C. Il englobait une surface de plus de 6,2 millions de km² et ses frontières longues de plus de 7 500 km étaient formées de fleuves, de frontières terrestres dotées de barrières artificielles, de chaînes de montagnes et de régions désertiques.

Dans le cadre du projet « Frontiers of the Roman Empire » (Frontières de l'Empire romain), son tracé entier est désormais placé sous la protection de la communauté internationale en tant que patrimoine mondial de l'UNESCO.

Pendant des siècles, le limes a formé la frontière entre l'Empire romain et les zones tribales de Germanie non occupées par les romains, et s'étendait de la mer du Nord à la mer Noire. Le Danube formait la frontière nord naturelle de l'Empire romain sur les territoires de la Bavière, de l'Autriche, de la Slovaquie, de la Hongrie et plus loin en aval du fleuve. Malgré cette barrière fluviale naturelle, la frontière était fortement militarisée afin de sécuriser les frontières de l'Empire, ainsi que pour assurer la régularisation du transfert de marchandises.

La section autrichienne du limes du Danube, longue de 360 kilomètres, était sécurisée par 4 camps de légionnaires, 14 camps de troupes auxiliaires et 20 tours de guet connues (« burgi »). Le nombre réel de tours de guet était probablement bien plus élevé. Les camps de légionnaires les plus connus sur le territoire autrichien étaient Lauriacum (Enns), Vindobona (Vienne) et Carnuntum. En cas de franchissement non contrôlé de la frontière par des troupes germaniques, une chaîne de signaux continue entre les tours de guets et les camps permettaient à l'armée romaine de réagir très rapidement.

My Visit

0 Entries Entry

Suggested visit time:

Send List